Cancers du larynx et du pharynx

Tout comme les cancers de la bouche, les cancers du larynx et du pharynx, organes situés dans la gorge et faisant communiquer la bouche avec l'œsophage et la trachée, sont au premier chef liés à l'intoxication par le tabac et l'alcool.

C'est grâce au pharynx, qui fait partie des voies respiratoires (mais constitue aussi, dans sa partie inférieure, le début des voies digestives), et au larynx, organe de la phonation situé entre le pharynx et la trachée, que nous pouvons avaler, parler et respirer. C'est pourquoi un cancer du pharynx ou un cancer du larynx, même lorsqu'il est soigné à temps (les chances de rémission étant alors plutôt bonnes), est très invalidant : le traitement nécessite parfois une opération chirurgicale mutilante, l'ablation partielle ou totale du larynx et du pharynx.

Le cancer du larynx

C'est une tumeur maligne qui se développe sur la paroi du larynx. Ce cancer atteint avant tout les fumeurs, généralement entre 40 et 60 ans. Il résulte d'une intoxication prolongée par le tabac, facteur cancérigène direct. Le risque est considérablement augmenté par la consommation d'alcool.

Les symptômes

Le premier signe du cancer du larynx est une modification de la voix. Puis apparaissent une gêne respiratoire et un gonflement d'un ou de plusieurs ganglions du cou. Le cancer est parfois découvert lors d'une consultation pour une inflammation chronique du larynx (laryngite chronique).

Le diagnostic

Il repose sur un prélèvement de tissu (biopsie) et son observation au microscope pour y déceler des cellules cancéreuses.

Le traitement

Il dépend de l'endroit où s'est développé la tumeur, de sa taille et de l'atteinte éventuelle des ganglions.

Trois traitements sont employés soit séparément, soit en association : la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. L'intervention chirurgicale consiste en une ablation partielle ou totale du larynx, appelée laryngectomie, associée dans certains cas à une trachéotomie (ouverture de la trachée et mise en place d'une canule pour assurer le passage de l'air). Cette intervention est responsable de troubles de la déglutition et de la parole, qui seront rééduqués par la suite.

Par ailleurs, après le traitement, le malade doit être soumis à une surveillance médicale pendant de nombreuses années afin de diagnostiquer au plus vite une éventuelle récidive.

La convalescence

Après l'ablation du larynx, la convalescence se déroule sans souffrance physique. Elle dépend de l'état du malade et des soins complémentaires que celui-ci doit recevoir (radiothérapie, par exemple). Sa durée est généralement de un mois au minimum. Un soutien psychologique du médecin est nécessaire pour les personnes qui ont subi une laryngectomie totale, car il est moralement très difficile de supporter la perte de la voix.

Le pronostic

Il dépend du stade de la maladie et peut varier considérablement d'un patient à un autre. Le pronostic est généralement bon quand le cancer a été dépisté à temps. Aussi, toute personne constatant une altération persistante de sa voix doit consulter rapidement un médecin oto-rhino-laryngologiste.

L'ablation du larynx

Appelée aussi laryngectomie, l'ablation peut être totale ou partielle. Pratiquée sous anesthésie générale, elle nécessite une large incision du cou. Lors d'une laryngectomie totale, la trachée est, après l'ablation du larynx, abouchée à un orifice ouvert dans la peau à la base du cou (trachéotomie) ; la respiration se fait définitivement par cet orifice. Pratiquée lorsque la localisation le permet ou que la lésion est limitée, la laryngectomie partielle consiste à retirer une partie du larynx : après rééducation, le malade peut respirer de nouveau par les voies naturelles et parler, parfois avec une voix altérée.

Les cancers du pharynx

Les tumeurs du pharynx sont parfois bénignes (polype, angiome, fibrome), mais le plus souvent malignes. Les cancers de la partie supérieure du pharynx (rhinopharynx) sont dus à l'infection par un virus, le virus d'Epstein-Barr. Les cancers des parties moyenne et basse du pharynx (oropharynx et hypopharynx) sont liés à la consommation de tabac et d'alcool.

Les symptômes

Ils sont variés : une gêne dans la pharynx plus ou moins localisée, une difficulté plus ou moins douloureuse à la déglutition tant de la salive que des aliments, parfois l'émission de quelques crachats sanglants, un excès de salive stagnant dans la gorge, une modification de la voix, un gonflement des ganglions du cou, etc.

Le diagnostic

Il repose d'abord sur l'examen clinique. Il est ensuite confirmé par un examen endoscopique (laryngoscopie), pendant lequel est pratiqué un prélèvement de tissu à des fins d'analyse en laboratoire (biopsie).

Le traitement

Il fait appel, selon la localisation et l'extension de la tumeur, à l'ablation chirurgicale de la lésion, à la radiothérapie ou à la chimiothérapie, ces trois techniques pouvant être associes. Le pronostic est très variable ; il dépend de la localisation, du stade auquel la tumeur a été découverte et de la présence ou non de ganglions cancéreux.

La rééducation de la voix après une laryngectomie

Le larynx est l'organe de la parole : une personne qui a subi l'ablation du larynx ne peut plus parler. On la soumet alors à une rééducation : elle apprend à faire des éructations qu'elle s'habitue progressivement à moduler. Toutefois, il s'agit d'une voix œsophagienne, qui n'aura jamais la sonorité de sa voix antérieure. Pour aider le patient, on peut poser, lors de la laryngectomie ou ultérieurement, des canules parlantes : ce sont des prothèses internes qui permettent de contrôler l'air provenant des poumons, donc d'émettre une voix de sonorité plus normale.

Voir aussi

Navigation
Accueil

Encyclopédie

Contribuer

Boîte à outils

Dictionnaire

Chercher un mot :

Conjugueur

Conjuguer un verbe :