Infections de l'appareil génital masculin

Bactérie Escherichia coli

PROSTATE

L'infection de la prostate (prostatite) affecte les hommes de tous âges, avec une fréquence plus élevée chez les jeunes adultes. Elle peut être aiguë ou devenir chronique.

Une prostatite est généralement due à une infection bactérienne qui peut être sexuellement transmissible. Elle atteint surtout les hommes entre 30 et 40 ans.

La prostatite aiguë

La prostatite aiguë est une infection du tissu fonctionnel (parenchyme) de la prostate. Il existe plusieurs types de prostatites, mais les plus fréquentes sont les prostatites bactériennes qui sont dues à des germes urinaires. En principe, un seul germe est impliqué dans l'infection et, le plus souvent, il s'agit du colibacille, Escherichia coli.

Les symptômes

La maladie, de survenue brutale, est marquée par une fièvre élevée (39-40 °C) avec des frissons et des troubles urinaires : brûlures à la miction, envies d'uriner fréquentes, impérieuses, ou au contraire lentes, pouvant aller jusqu'à la rétention aiguë d'urine. Ces troubles sont accompagnés de douleurs pelviennes.

Le diagnostic

Le toucher rectal révèle une prostate très douloureuse, tendue et dont le volume est augmenté. Le germe responsable est mis en évidence par un examen cytobactériologique des urines (ECBU) avec antibiogramme. Si le diagnostic est difficile à établir, une échographie prostatique transrectale peut être prescrite.

Le traitement

Il impose le repos et la prise d'antibiotiques (fluoroquinolones). Ces derniers sont administrés par injection ou perfusion, dans les formes graves, puis, après disparition des signes infectieux, par voie orale. Afin d'éviter les récidives éventuelles, la durée minimale du traitement est de 4 à 6 semaines.

L'évolution

Avec un traitement bien conduit, la guérison est obtenue sans complications. En cas d'insuffisance du traitement, la prostatite peut devenir chronique.

La prostatique chronique

La prostatite chronique correspond à l'infection chronique de la prostate, due à la présence de microabcès et à une inflammation importante. Elle résulte d'une prostatite aiguë insuffisamment traitée et récidivante, mais peut aussi être provoquée par un rétrécissement de l'urètre, par un adénome de la prostate ou par la présence de calculs à l'intérieur de la prostate.

Les symptômes

Une prostatite chronique entraîne de nombreux signes : douleurs au niveau du périnée, brûlures à la miction, écoulement urétral, douleurs à l'éjaculation, etc. L'évolution est le plus souvent faite de poussées infectieuses successives.

Le diagnostic

Il repose sur le toucher rectal, qui révèle une prostate sensible, et l'examen cytobactériologique des urines (ECBU), qui met en évidence la présence de germes. Des radiographies permettent de rechercher une cause favorisante (rétrécissement de l'urètre, adénome de la prostate).

Le traitement

Le traitement antibiotique est long (3 mois au minimum) et nécessite une surveillance clinique et bactériologique régulière.

LES TESTICULES ET LE PÉNIS

Anatomie du testicule

Les infections des testicules et du pénis doivent être soignées rapidement, car des complications parfois graves peuvent survenir si le traitement est instauré trop tardivement.

Les testicules et le pénis peuvent être le siège d'infections, parmi lesquelles l'orchite (inflammation du testicule), l'orchiépididymite (inflammation du testicule et de l'épididyme) et la balanite (inflammation du gland et du prépuce).

L'orchite

L'orchite est une inflammation, le plus souvent d'origine infectieuse, du testicule. Dans un quart des cas, elle atteint les 2 testicules. On distingue 2 types d'orchite. L'orchite ourlienne est l'une des principales complications des oreillons. Elle se manifeste par une fièvre et des douleurs du testicule.

Avec un repos au lit, la guérison survient en quelques jours, spontanément, mais parfois l'évolution se fait vers une atrophie du testicule, qui peut entraîner une stérilité. L'orchite tuberculeuse est le plus souvent chronique et associée à d'autres atteintes tuberculeuses. Elle n'est pas douloureuse, mais provoque parfois une stérilité. Son traitement est celui de la tuberculose.

L'orchiépididymite

C'est l'inflammation du testicule et de l'épididyme, le long tube qui véhicule les spermatozoïdes des testicules vers les vésicules séminales. Cette infection atteint plus particulièrement l'homme jeune sexuellement actif, en raison du risque de maladie sexuellement transmissible (MST), et l'adulte mûr déjà atteint par une maladie de la prostate.

Les symptômes sont un gonflement de la bourse accompagné de douleurs, une fièvre et des douleurs à la miction. Les examens bactériologiques des urines permettent le diagnostic. Le traitement antibiotique sera adapté au germe isolé ; en cas de MST, le partenaire sexuel doit aussi être traité. Négligée, l'orchiépididymite peut devenir chronique, entraînant la formation de nodules, qui peuvent être responsables de stérilité si les 2 épididymes sont atteints.

La balanite

C'est l'inflammation du gland et parfois du prépuce. Il existe plusieurs causes de balanite, dont les infections dues à des mycoplasmes (chlamydia), à des champignons microscopiques (candida), à des virus (herpès), qui sont des maladies sexuellement transmissibles.

Les signes varient selon le type d'infection, mais le gland est douloureux, parfois rouge et purulent. Le diagnostic repose sur l'aspect des lésions et le traitement varie avec le germe en cause.

Les douleurs du testicule

La plupart des douleurs du testicule ont une origine définie : traumatisme, torsion, inflammation, etc. Le cancer du testicule est le plus souvent indolore ; certaines douleurs restent inexpliquées et disparaissent spontanément sans traitement.

Voir aussi

Navigation
Accueil

Encyclopédie

Contribuer

Boîte à outils

Dictionnaire

Chercher un mot :

Conjugueur

Conjuguer un verbe :